15
Jan
14

Work in progress : extrait du chapitre 2 du tome 2 de Les Héritiers de l’Aube – éditions Scrineo. Il y a de la fusillade dans l’air :) « Laure avait suivi avec attention le mouvement du voyou, enregistrant en particulier l’action de son pouce qui venait de relever le chien métallique. C’était donc ainsi que l’on armait ces pistolets de l’avenir. Lesquels contenaient en outre plusieurs munitions, comme Alex le lui avait révélé, avant leurs aventures au cœur de Paris. – Pas suffisant ! Si tu refuses, je te vitriole la face comme je fais avec les récalcitrantes ! rectifia le chauve en avançant à grands pas. Et crois-moi, là, t’auras de bonnes raisons de hurler. Allez, assez lambiné ! On a encore une réunion à interrompre, après ça. Tu vois, ce canot ? Il transporte du rhum, des cigares et de l’opium. Tu sais ce que ça veut dire ? Laure jeta un bref coup d’œil à l’embarcation qui ondulait doucement au gré des vagues. – Oui, souffla-t-elle en se forçant à ne pas fixer le chauve. Vous êtes des contrebandiers. – Parfait, t’es intelligente ! On risque chaque semaine la peine capitale en se livrant à ce petit négoce. Et quand on marche avec la mort, on n’hésite pas à la donner. Tu piges ? Laure se contenta de hocher le menton en regardant ses bottes. Elle vit apparaître le bout des chaussures crottées dans son champ de vision et retint son souffle. Bientôt le moment… – Parmi mes activités, il y a aussi les belles garces en ton genre, conclut le chauve. Alors, pendant que mes gars vont ranger les caisses dans l’entrepôt, on va tous deux gagner la chambre, au bout du quai. – Toi ou tes hommes, connaissez-vous Internet ? – Qui c’est ? Un chef de gang ? De quel secteur ? Si elle avait évoqué ce mystérieux prodige du futur, c’était autant pour distraire le brigand que pour s’assurer si, oui ou non, il s’agissait là de l’époque d’Alex. Elle savait désormais… Et elle y songerait plus tard, car, tout à son étonnement, le chauve avait fait un pas supplémentaire. La distance requise, enfin. Laure lança son bras droit si vite qu’aucun des malfrats ne put réagir. La couverture mouillée qu’elle gardait roulée en boule se détendit brusquement. L’extrémité frappa le chauve aux yeux, claquant tel un coup de fouet. Il plaqua les deux mains sur ses orbites soudain brûlantes, en hurlant comme un damné. Avant même que son adversaire crie, la Voltigeuse avait bondi et arraché le revolver de la ceinture où il était niché. »

via Patrick Mc Spare – Patrice Lesparre http://ift.tt/1dqVJNt
Publicités

0 Responses to “Work in progress : extrait du chapitre 2 du tome 2 de Les Héritiers de l’Aube – éditions Scrineo. Il y a de la fusillade dans l’air :) « Laure avait suivi avec attention le mouvement du voyou, enregistrant en particulier l’action de son pouce qui venait de relever le chien métallique. C’était donc ainsi que l’on armait ces pistolets de l’avenir. Lesquels contenaient en outre plusieurs munitions, comme Alex le lui avait révélé, avant leurs aventures au cœur de Paris. – Pas suffisant ! Si tu refuses, je te vitriole la face comme je fais avec les récalcitrantes ! rectifia le chauve en avançant à grands pas. Et crois-moi, là, t’auras de bonnes raisons de hurler. Allez, assez lambiné ! On a encore une réunion à interrompre, après ça. Tu vois, ce canot ? Il transporte du rhum, des cigares et de l’opium. Tu sais ce que ça veut dire ? Laure jeta un bref coup d’œil à l’embarcation qui ondulait doucement au gré des vagues. – Oui, souffla-t-elle en se forçant à ne pas fixer le chauve. Vous êtes des contrebandiers. – Parfait, t’es intelligente ! On risque chaque semaine la peine capitale en se livrant à ce petit négoce. Et quand on marche avec la mort, on n’hésite pas à la donner. Tu piges ? Laure se contenta de hocher le menton en regardant ses bottes. Elle vit apparaître le bout des chaussures crottées dans son champ de vision et retint son souffle. Bientôt le moment… – Parmi mes activités, il y a aussi les belles garces en ton genre, conclut le chauve. Alors, pendant que mes gars vont ranger les caisses dans l’entrepôt, on va tous deux gagner la chambre, au bout du quai. – Toi ou tes hommes, connaissez-vous Internet ? – Qui c’est ? Un chef de gang ? De quel secteur ? Si elle avait évoqué ce mystérieux prodige du futur, c’était autant pour distraire le brigand que pour s’assurer si, oui ou non, il s’agissait là de l’époque d’Alex. Elle savait désormais… Et elle y songerait plus tard, car, tout à son étonnement, le chauve avait fait un pas supplémentaire. La distance requise, enfin. Laure lança son bras droit si vite qu’aucun des malfrats ne put réagir. La couverture mouillée qu’elle gardait roulée en boule se détendit brusquement. L’extrémité frappa le chauve aux yeux, claquant tel un coup de fouet. Il plaqua les deux mains sur ses orbites soudain brûlantes, en hurlant comme un damné. Avant même que son adversaire crie, la Voltigeuse avait bondi et arraché le revolver de la ceinture où il était niché. »”



  1. Laisser un commentaire

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :